Vous êtes ici : Accueil > Activités > Histoire du radio–club Emettre
Publié : 20 janvier 2010

Histoire du radio–club Emettre

Pourquoi renier ses origines quand elles nous ont permis de vivre de grands moments de bonheur et de nous construire, avec des amitiés indéfectibles ? En effet beaucoup d’entre nous, quoi qu’on en dise, ont débuté leur vie de radioamateur en modulant sur le 27MHZ. C’est notre cas.

Apparue dans les années 60, la CB a connu une très forte expansion aux États-Unis dans les années 70, avant d’atteindre la France. Les premiers Om disposent de postes très rudimentaires ne comportant que 6 canaux, qu’ils sont obligés de modifier en ajoutant des quartz pour leur permettre d’émettre sur des fréquences restées inutilisées.

La CB prend son essor à Pontarlier au début des années 80. C’est la belle époque des premiers 22 canaux et 2 watts que l’on peut utiliser en payant la fameuse licence PTT. Mais la plupart des postes sur le marché font plus de 80 canaux et bien que déclarés d’office illégaux, ils ouvrent immédiatement d’autres horizons. Les premiers DX se font depuis le Larmont où les passionnés montent tous les soirs après le travail, pour les premiers contacts avec…Dijon, ou les stations suisses. Mais nous comprendrons très vite que les plus longs DX ne s’effectuent pas dans le QRM des stations environnantes.


Chacun prendra alors ses marques dans la plaine où tout est possible. Que de temps passé à essayer de faire mieux que la veille, apprendre à être vigilant à la propagation, à la directivité des antennes, à tester les nouveaux TX et comparer leurs performances avec ceux des copains de plus en plus nombreux dans notre ville et les environs proches. Nous avons aussitôt envie de nous regrouper pour partager notre passion. Nous adhérons à la MJC des Capucins qui nous accueillent dans ses locaux. Notre groupe d’une dizaine d’YL et d’OM va très vite passer à 30 puis 40, 50 adhérents avec une CB en pleine expansion, c’est le Club des amateurs radio Pontissaliens « CARP »

Très vite, nous mettons nos moyens radio à la disposition des organisateurs de manifestations. Nous ne compterons pas les heures et les jours passés, au bord des routes pour les rallyes auto, des pistes de skis, du trial moto, du moto cross, meeting aérien etc etc. Nous aurons assuré la sécurité au sein de tous les sports avec des liaisons parfois surprenantes comme le jour, où en portable sur une barque, nous entendons la Suède mais pas l’OM qui se trouve sur la berge ! Notre livre d’Or nous suit partout, c’est ainsi qu’on peut y lire les messages des hommes politiques tel Edgar Faure, des remerciements d’organisateurs comme le très sympathique René Medge ou les signatures de sportifs mondialement connus Cyril Neveu, Stéphane Peterhansen, Raymond Poulidor aux 24 heures de Censeau….mais aussi Hugues Aufray à la fête du cheval à Chaffois ou les Démons de Minuit aux 24 heures de Montbenoit. Notre meilleur souvenir demeure la semaine passée avec les concurrents de « La Ruée Blanche » course de chiens de traîneaux et de scooters des neiges, organisée par Jean-Claude Bibolet, savoyard, fabriquant de matériel de sports d’hiver.

Nous sympathisons avec les clubs suisses, et celui du Creusot avec lesquels nous organisons de fréquents visus, méchoui avec plus d’une centaine de participants.
Nous assurons une écoute sur le canal d’appel des routiers et nous répondons toujours présents lorsqu’un chauffeur demande un radio-guidage ou un dépannage.

Toujours prêts à tenter l’aventure, nous avons, sur l’un des magazines Cibi de l’époque, lu que les clubs pouvaient se rendre au Grand Prix Camion du Castelet pour faire connaître leur loisir au grand public. Nous avons été l’un des rares clubs indépendant de toutes fédérations à y tenir un stand Nous sommes partis deux jours, en car, n’oubliant ni saucisses, ni jambon, ni Comté ! ce qui nous a valu d’être cités en exemple par le dit magazine lors du compte-rendu de cette manifestation. Nous y avons vécu des moments inoubliables.

En 1989 nous sommes sollicités par Gérard, actuel F4TZR, pour que le club adhère à la protection civile. Monsieur le Préfet donne son accord à condition que nous soyons tous secouristes. Nous prenons des cours à la caserne des pompiers. La totalité des membres passe brillamment l’examen, certains poussant la formation jusqu’à la ranimation. Notre radio-club devient ACARP (association cibistes d’assistance radio pontissalienne) ADPC (association départementale de protection civile) Nos connaissances nous permettent d’être particulièrement efficaces lors des très nombreux appels d’urgence pour lesquels nous devons prévenir les secours lors d’accidents, comme celui que nous avons eu à gérer avec Yves notre moniteur pompier cibiste ou le feu de cheminée qu’un autre sapeur a découvert en pleine nuit alors que les propriétaires dormaient.

Nous avons même été les victimes fictives d’un exercice Plan rouge d’un car renversé dans un ravin ! Nous participons aux journées sécurité organisées en ville.

Nous figurons sur le plan de secours en moyenne montagne. Nous avons participé à plusieurs recherches de personnes disparues dont celle d’Olivier petit trisomique disparu lors d’une promenade à la Chapelle d’Espérance. L’appel a été lancé à 21 heures, immédiatement, nous avons été une dizaine à nous mobiliser et travailler avec la police. Après une heure de recherches un cibiste à notre écoute a repéré l’enfant au bord du chemin au grand soulagement de toute sa famille et nous-même.

Les contrôles radars sont arrivés, la cibi s’est démocratisée entraînant un flot de………. Chacun met ici le mot qui lui convient. Nous ne trouvons que moyennement notre compte dans ce loisir qui n’est plus aussi convivial.

En 1993, Jean-Marc, F8IXZ, membre de l’ACARP, nouvellement indicativé et Jean F5EXS s’invitent à une réunion, nous faisant mieux connaître ce qu’est le radio amateurisme, qui pour un cibiste est un monde inaccessible. D’octobre à avril, par tous les temps, un petit groupe de 7 se rend à Champagnole, à mi-chemin entre Pontarlier et Lons le Saulnier d’où vient Jean notre dévoué professeur. Ils passent l’examen d’obtention de la licence radioamateur. 3 d’entre eux deviennent FA1 et un F1. 2 continuent à gravir les échelons devenant ensuite F1 puis F5.

La majorité des membres du club préfèrent que leur loisir se limite à la radio. Nous nous voyons dans l’obligation de séparer ADPC et radio club. Nous optons pour le sigle “EMETTRE” radio-club. Eric F1TZT et Viviane créent notre logo qui représente les lobes de rayonnement de deux yagis.
Après environ deux ans de tractation, la mairie nous attribue une salle, inaugurée le 4 avril 1998. Aussitôt Stéphane y installe sa delta loop.

Mme Cairey Remonay F5MY à Morteau, nous propose de démonter leur pylône de 12 mètres qui ne sert plus depuis des années. De fabrication OM il est en excellent état. Situé sur un terrain en aplomb de la ville, nous devons faire appel à la DDE pour réussir à le démonter et le transporter jusqu’à Pontarlier. Les membres du club ont travaillé plusieurs week-end pour lui redonner un coup de jeune et le remettre en peinture. Nous devons le raccourcir à 10 mètres afin d’obtenir l’autorisation de la mairie de l’installer aux abords de notre local.

En 2006 un cube de 1m50 est creusé, une chaise made in Luc consolide les 6 mètres cubes de béton. Nous y montons une UV 200 bibande, une 9 éléments DXSR 902 et une yagi, antenne directive 5 éléments pour le 27 MHZ.

En juillet 2007, nous remplaçons la 9 éléments qui ne nous donne pas satisfaction par une Fritzel tri bandes. Quelques imprévus sont venus agrémenter la journée. Il a fallu presque 12 h et les efforts conjugués de tous pour pouvoir terminer vers les 20h. Notre premier contact fut avec l’Archipel des Chagos VQ9LA.

En avril 2009, quasiment tous les membres du radio-club sont présents pour confectionner et installer une antenne Lévy deux fois 20 mètres pour les bandes basses. Les tâches sont bien réparties certains assurent l’intendance du gastro de midi, tandis que d’autres s’affairent à la technique, de quoi joindre l’utile à l’agréable. L’histoire de cette réalisation est racontée dans cet article.

F5KMY : NOTRE CLUB :

Les Pontissaliens sont rejoints maintenant par des Jurassiens, des bisontins, des OM des environs de Morteau qui comptent parmi les plus fidèles participants, une vingtaine de passionnés. Les membres appartiennent maintenant à 3 groupes différents : les cibistes, les radio-amateurs et les SWL.

Nous demandons un indicatif officiel à l’ART, en proposant F5KMY en hommage à F3MY, et à son mari, F3KY.

ACTIVITES DU RADIO-CLUB

- Nous assurons les liaisons radio, lors de manifestations sportives pour améliorer la sécurité des concurrents ou donner les informations aux organisateurs et speaker de course. Nous collaborons à l’organisation du « Raid mairie » chaque année pendant deux jours.

RAPPELS POUR LES NON INITIES

Il existe des différences fondamentales entre cibiste et radio-amateur :
Le cibiste achète son poste, le branche, et s’attribue un nom de code. Il utilise un appareil 40 canaux, 4 watts, dont les fréquences se situent en 27 mégahertz.
Le cibiste peut néanmoins communiquer, lui-aussi, avec ses homologues du monde entier. Ils se regroupent au sein d’associations internationales spécifiques. C’est le cas de Stéphane 14 AT275, passionné de DX qui totalise plus de 278 contrées DXCC confirmées. En 2001, il a organisé une expédition cibi d’une semaine, aux Iles Falkland, « 198AT0 » avec 4 copains : Dimitri, Joseph, Jean-Pierre et Fred. Un bon transceiver et une antenne 3 éléments, donnent souvent des reports à 59. La propagation matinale avec l’Europe s’effectue en long path puis tourne en short path pour laisser la place à l’Afrique, l’Amérique. Après un moment de calme plat, c’est le Pacifique qui s’ouvre. Se relayant, les équipes totalisent 4.000 QSO et des rencontres inoubliables avec les Alfa Tango qui, à chaque escale de l’avion, les accueillent, parfois même les hébergent comme Gustavio 32AT116 à Santiago du Chili. Stéphane se classe plusieurs fois 1ier ou 2ième mondial au contest Alfa Tango.

Le radio-amateur passe un examen dans un centre spécialisé, il doit répondre à des questions de législation radio et de techniques, et en option le morse. Il se voit attribuer, par le ministère des postes, un indicatif mondialement reconnu. Il dispose alors de 20 bandes d’ émission (de 1,5 MHZ à 1,2 GHZ). Il paie une redevance chaque année et il a droit à l’antenne.

Leurs appareils d’émission diffèrent de ceux des cibistes.
Ils établissent des contacts avec le monde entier mais en utilisant tous les moyens radio mis à leurs disposition :
- en phonie (langage parlé)
- en graphie (morse)
- en packet (le message est communiqué et reçu sur un ordinateur relié a un poste émetteur récepteur)
- SSTV( envoi d’images TV personnalisées à d’ autres radio amateurs.
Ces liaisons peuvent même être établies grâce à des relais, des satellites radio- amateurs, ou en EME via la lune.

Le radio amateur a des connaissances techniques qui lui permettent la réalisation de matériel propre à son activité (antenne, matériel, de mesure, alimentation etc...)

Au sein de notre radio club

Chaque membre a ses particularités et vit son loisir de façon différente, se passionnant pour une spécificité, citée précédemment. Certains d’entre nous participent à la recherche de ballons sondes écoles, adhérent à l’ADRASEC association départementale des radioamateur de la sécurité civile ou préfèrent contacter, en phonie ou en CW, des contrées lointaines, le must étant de faire QSO avec celles animées ponctuellement par des groupes en expédition.

- Nous participons aux contests radio-amateurs concours qui consistent à contacter le plus de depuis chez Bernard, F4FUS, membre du radio-club ou divers concours SSB. Voir l’article du Rallye des points hauts 2009.

- Etant adhérents au REF, nous nous joignons aux groupes des REF 25 et 39
— Lors de leurs réunions et nous recevons les membres chaque année, pour la réunion du REF 25 au mois de mai. Voir l’article du dernier compte-rendu.
— Nous participons aux « chasses au renard » qui sont des exercices de recherches de balises comme celles émises lors de la chute d’un avion que les radio-amateurs sont censés être capables de localiser.
— Nous nous joignons à certaines animations comme celle de la journée internationale des ballons sondes organisée par F1SRX au QRA de Bernard F4FUS. Voir l’article de la journée internationale d’écoute des radio sondes 2009.

Nous activons des châteaux et moulins activités qui consistent à se placer à moins de 500 mètres d’un monument pour effectuer 80 contacts minimum.
Nous pouvons nous inscrire dans des projets divers comme celui de l’activation TM200T 200ième anniversaire des régiments du train dont celui de Besançon.

Nous collaborons à la participation de projets radio de certains membres du radio-club qui contribuent à faire connaître F5KMY dans le monde. En 2006, Jean-Marc F8IXZ s’est joint au radio club de Provins F6KOP, ( Tanzanie) pour une semaine de contacts radio et initiation des étudiants au radio amateurisme, en 5H1C à Zanzibar. En janvier 2008 il renouvelle l’expérience avec cette fois une expédition en J5C, la Guinée Bissau.
- Nous sommes présents lors des différentes animations de la ville, forum de associations, raid mairie, festival du sport.

Nous organisons chaque année un loto, à la salle des Capucins.

Nous fabriquons certains matériels, et nous aidons les candidats à la licence radio-amateur, à mieux comprendre la technique.

Nous nous réunissons, chaque mois, le premier vendredi de semaine impaire, dans une ambiance chaleureuse pour préparer l’activité future et pour échanger sur tout autre sujet lié à la . Nous réservons toujours une réunion à une raclette. Notre assemblée générale se déroule en janvier avec le traditionnel tirage des rois. Nous terminons toujours l’année par une raclette !

Contactez-nous et venez nous voir, vous serez les bienvenus.

- En septembre 2010, nous aurons l’honneur et le grand plaisir de recevoir la 32ième convention du Clipperton que nous préparons activement.


Nous ne pouvons pas retracer l’histoire du radio-club sans évoquer la mémoire d’Australia, Henri Laffely et Pepone, Daniel Poirel deux membres trop tôt disparus. Ils ont tous deux fait partie du bureau, s’impliquant en tant que trésorier, vice- président ou secrétaire, disponibles, compétents avec de grandes qualités morales.