Vous êtes ici : Accueil > Activités > Ballons et radiosondes > Encore une suissesse qui fait des siennes !
Publié : 12 janvier 2012

Encore une suissesse qui fait des siennes !

Encore une suissesse qui fait des siennes !

Mardi 15 novembre, une alerte ballon sonde météo arrive dans notre boite mail : Une suissesse partie de Payerne devrait se poser aux Cernets à une douzaine de km de Pontarlier. Branle-bas de combat, c’est le début de l’après-midi, nous avons juste le temps de faire une petite virée de l’autre côté de la frontière pour essayer de trouver la belle. Nous nous engageons dans le secteur de recherche ciblé par F1SRX. Jeanjean « gognote » de son mieux, nous empruntons une petite route qui prend de la hauteur. Rien de ce côté, nous revenons sur nos pas en écarquillant les yeux, et là oh miracle, nous apercevons le parachute au sommet d’un sapin. L’approche pédestre nous mène au pied de l’immense sapin en haut duquel nous observons la sonde. Nous prenons des photos qui seront un précieux souvenir de notre 1er succès. Nous rentrons un peu déçus d’être bredouilles.
Une heure après en ouvrant à nouveau notre boite mail, nous constatons que F1SRX et F5HLQ sont en route pour chasser cette même sonde. Nous les informons de notre trouvaille mais ils sont déjà sur place et « gognottent » à leur tour. Nous les rejoignons, il fait nuit noire. Ils avancent à la frontale. Stéphane a des difficultés à trouver la fréquence appropriée. Avec son expérience, il en comprend vite la raison : il n’y a pas une sonde mais trois réunies entre elles par un bâton de bambou, ce que nous pourrons constater sur les photos prises dans l’après-midi.

La semaine suivante, Jean-Claude ne s’avouant pas vaincu vient, équipé de tout un attirail qui lui permettra de monter à l’arbre pour essayer de les décrocher. Il monte à plus de 15 mètres, saisit le fil du parachute qui lui est suspendu à un sapin voisin, mais celui-ci se rompt. Nous ne pourrons récupérer ni l’un ni l’autre. L’important c’est que Jean-Claude prenne le moins de risques possible. Nous sommes retournés après la tempête mais les trois belles sont toujours fièrement accrochées dans les branches à environ 20 mètres de haut. Ah ces suissesses, elles aiment se faire désirer !

F5UAY

Portfolio automatique :